Les élèves de l’ORT Strasbourg sous « Le Vent de Mai 68 »

le

40 élèves et étudiants de l’ORT Strasbourg ont assisté à la représentation théâtrale « Le Vent de Mai » vendredi 18 mai au PréO d’Oberhausbergen. Cette pièce , écrite et mise en scène par notre collègue Lionel Courtot, est venue clôturer sa trilogie sur les années 60, centrée sur De Gaulle et Malraux et qui s’achève avec les évènements de Mai 68.

Tous les jeunes ont une approche très vague de cet épisode qui a bouleversé la France il y a 50 ans. La pièce a été pour eux une leçon de théâtre doublée d’une leçon d’histoire.

Déployé sur une décennie avec en introduction la vie dans un pensionnat de filles, la douleur et l’exode des Français d’Algérie puis la contestation de Mai 68, le spectacle s’est construit autour de la rencontre et de l’amitié entre quatre jeunes filles à la veille du bachot et leurs retrouvailles au moment de la révolte des étudiants et de la quête des libertés.…

C’est à un véritable festival théâtral que Lionel Courtot et son équipe nous a conviés. Il est de ceux qui ont compris que le Théâtre, avec sa dimension culturelle, est un haut-lieu de la transdisciplinarité, avec ses textes, ses installations, ses performances, ses chorégraphies, ses créations lumière et sonore…

Avec un récit d’une grande densité à la portée tout à la fois poétique, romantique et politique, l’auteur et metteur en scène a refait souffler sur scène ce vent d’il y a 50 ans. Il a défriché sans entraves, les territoires des utopies à des fins pédagogiques , car le spectacle, s’il est le fruit d’un regard, d’une pensée mure et d’une réflexion sans concession, a interrogé aussi les jeunes générations, en montrant ce que furent les enjeux d’hier et leurs prolongement dans la société d’aujourd’hui : révolte anti-autoritaire, contestation de l’ordre établi, critique du consumérisme, liberté sexuelle, féminisme et droit des femmes, mouvements écologiques, aspirations démocratiques et renversement du régime… presque tous les grands thèmes ont été abordés.

Cet épisode de mai 68 qui a marqué les comportements comme les consciences politiques, a suscité autant de crispations que d’enthousiasme. Fantasmé ou mythifié par ceux qui y ont participé, le Vent de Mai a soufflé une fois de plus sur les idées et les débats évoqués à cette époque charnière pour les libertés.

Cette arène et ces débats de Mai 68, portés avec brio par un quatuor d’actrices et danseuses d’exception, ont endiablé la scène durant près de 2 heures dans une dynamique qui a emporté le public sans le moindre temps mort.

Qu’ils aient les cheveux blancs, des rides au front, qu’ils soient dans la fleur de l’âge ou même absents à cette époque comme nos jeunes élèves et étudiants, tous les spectateurs ont vibré avec Clara, Clémence, Marie et Babette, ces quatre femmes aux destinées et aux talents multiples, actrices et danseuses d’un soir, porteuses d’une mémoire et d’une histoire qui a marqué la France.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.