Séminaire à Yad Vashem (2ème session)

Entre le 27 juillet et le 3 août s’est tenu, à Yad Vashem, le séminaire « Bogrim » pour les établissements de l’ORT-France, organisé à l’initiative d’Isaac Touitou, directeur de l’Ort-Montreuil, par le Dr Yoni Berrous, directeur des séminaires francophones de Yad Vashem, avec le soutien de l’Adelson Family Foundation et de la Claims Conference. Ce séminaire, parrainé par le FSJU, réunissait pour la deuxième fois une trentaine d’enseignants et cadres des établissements de l’ORT-France dans les locaux de l’École Internationale pour l’Enseignement de la Shoah (ISHS).
La première session, en août 2013, avait été consacrée à faire le point tant sur les recherches historiques que sur l’approche originale de Yad Vashem, mise en oeuvre dans sa nouvelle muséographie (le nouveau musée a été inauguré en 2005). La session qui s’est tenue cet été, quant à elle, a mis l’accent sur les questions pédagogiques, alternant conférences, rencontres, visites et ateliers de travail en petits groupes. Dans l’intervalle de ces deux sessions, les participants avaient acquis une maturité nouvelle sur le sujet, à la fois par des lectures personnelles et des expériences telles que l’accompagnement de voyages en Pologne ou la mise en place de projets pédagogiques dans leurs établissements respectifs. Le groupe est donc entré immédiatement dans le vif du sujet, sous la conduite de Yoni Berrous et de la guide Estelle Anaton. Les questions abordées étaient très variées, mais sans jamais perdre de vue le fil conducteur : comment va-t-on transmettre la Shoah aux générations futures en l’absence de témoins directs ? Qui doit prendre en charge cette transmission ? Et de quelle façon ? Les intervenants, chercheurs et enseignants à l’École Internationale de Yad Vashem, ont proposé un certain nombre de pistes pour des contenus et des méthodes adaptés aux différents publics : jeunes enfants/adolescents/jeunes adultes, Juifs/non-Juifs, israéliens/non-israéliens, religieux/laïques… Toutes ces propositions ont été discutées, évaluées, réfléchies, et même comparées avec d’autres approches (celle de Lohamei Hagetaot notamment, que le groupe a découverte grâce à une visite d’une journée au kibboutz et au Centre Humanisme et Démocratie).
Les échanges ont été d’une très grande richesse sur le plan humain et sur le plan pédagogique. En effet, si les participants sont tous impliqués dans le réseau d’éducation ORT et en partagent les valeurs, ils n’ont pas du tout le même profil : le groupe était composé de Juifs et non-Juifs, d’enseignants de matières très variées, de directeurs et d’administratifs… Ils ont chacun nourri les débats de leur personnalité et de leur individualité, tout en tissant des liens d’amitié et des échanges intellectuels forts ; les discussions ont été vives et passionnées, témoignant d’un engagement réel et complet de chacun. Engagement d’autant plus remarquable en cette période de vacances et de repos en famille pour tous, et qui déborde le cadre de ce séminaire puisque les participants souhaitent se retrouver et continuer à travailler ensemble dans l’avenir. L’ORT peut s’enorgueillir d’avoir des enseignants qui, au milieu de l’été, consacrent huit jours pleins, de 8h le matin à 22h le soir, à développer leurs compétences pédagogiques, et qui s’enthousiasment pour ce qui fait l’essence même de leur métier : la transmission.

Éva Riveline
Professeur de Lettres au lycée Ort-Strasbourg

DSC_0072 P1010964 P1020050

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s