« La Violette » à Richard Aboaf, professeur au Lycée ORT de Strasbourg

Richard Aboaf, plasticien et historien d’art de formation, enseignant au Lycée ORT Strasbourg dans les filières Baccalauréat et dans le supérieur, en Arts appliqués et en Design de mode et chargé de l’action culturelle, a été décoré le dimanche 7 juin des insignes de Chevalier dans l’Ordre des Palmes Académiques.

C’est devant une salle comble de la Résidence ORT Clemenceau et en présence d’un parterre d’invités prestigieux, représentant l’Eurométropole, la Ville, la Région, le Consistoire Israélite du Bas-Rhin, l’Université, le Rectorat et l’Académie de Strasbourg, les structures muséales et culturelles des deux côtés du Rhin, en présence de nombreux amis du récipiendaire et sous l’égide de Martin Bruder, Président de l’AMOPA, que François David, le Proviseur de l’Ensemble scolaire Edmond Michelet et ancien directeur du Centre d’Etude et du Musée de la Résistance Edmond Michelet de Brive-la-Gaillarde, a remis cette distinction au professeur de l’ORT Strasbourg.

Claude Sabbah, Proviseur du Lycée, a évoqué « la brillante carrière menée par le professeur, par le responsable et par l’ami… symbole même de l’engagement et de la fidélité aux valeurs éducatives et aux idéaux de l’ORT…»  ainsi que le bonheur d’enseigner qu’il a laissé transparaître durant toute sa carrière…

Jean-Michel Koch, Inspecteur d’Académie, Inspecteur Pédagogique Régional, a souligné l’implication forte du récipiendaire dans le domaine de l’enseignement  des arts plastiques et de l’Histoire des Arts, son implication en tant que créateur et plasticien et en tant que meneur d’équipe et responsable des filières artistiques…  Le Président Martin Bruder a évoqué quant à lui, les projets par milliers engagés durant près de 40 ans dans tous les domaines de l’action culturelle, la disponibilité et l’implication forte de Richard Aboaf au service des élèves, des étudiants et de son établisement…

C’est avec l’éloquence d’un grand orateur, que le briviste François David, a conclu ce panégyrique ; rappelant la participation essentielle de Richard Aboaf aux actions menées par le Centre d’Etude de la Résistance et Musée  Edmond Michelet autour des Justes de Corrèze, il a ensuite retracé la carrière du récipiendaire depuis le Lycée Carnot de Tunis jusqu’à l’Institut des Arts plastiques et d’Histoire de l’Art de l’Université Marc Bloch, son passage au Laboratoire de Recherche et de Conservation de Madeleine Hours au Louvre, ses voyages militants, son savoir artistique et son désir de partager découvertes et émotions artistiques…

Le professeur, après avoir été épinglé de La Violette, a pris la parole pour adresser ses remerciements à tous les présents à cette belle cérémonie, saluer le dynamisme pédagogique et le talent de l’ensemble des équipes et du personnel de l’ORT Strasbourg, il a émis ensuite quelques réflexions fortes sur l’art et la pédagogie, mais également sur l’identité, sur la mémoire et la citoyenneté…

« Je sais que la tâche qui s’annonce pour ceux qui vont nous suivre va être plus difficile et qu’il faudra se battre avec des mots et des idéaux, à l’heure de la déficience du verbe, à l’heure de la défaillance du sens… Mais je sais aussi, la  volonté et la détermination des femmes et des hommes engagés dans l’Education Nationale pour aller de l’avant et construire l’école de demain… Ce sont eux depuis Jules Ferry, les vrais hussards de la République… 

…  Je dois l’avouer, je me suis plu dans la  concomitance de mes deux fonctions, dans une forme d’ambiguïté permanente et fructueuse entre la mission d’enseignement et la mise en stratégie et en pratique d’actions culturelles pour l’enrichissement du plus grand nombre… »  A-t-il ajouté pour conclure.

Un très beau parcours en somme, riche de rencontres, d’enjeux et de très nombreuses réalisations.

La cérémonie a été entrecoupée de mélodies en Ladino interprétées par le beau trio des Muses, grand prix de la Fondation Alsace en 2013.

Martin Bruder a rappelé que cette distinction, crée en 1808 par Napoléon pour honorer les membres éminents de l’Université et étendue ensuite par Edgar Faure, président du Conseil en 1955, aux personnes ayant rendu des services éminents à l’Education Nationale, La Violette comme on la surnomme, est attribuée par décret du Premier Ministre sur proposition du Ministre de l’Education Nationale de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Cliquez ici pour consulter les photos sur le site internet de l’ORT Strasbourg…

Cliquez ici pour lire l’article paru dans les DNA ainsi que le contenu des discours…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s