Les élèves de l’ORT Strasbourg à la Marche des Vivants 2015

Du mercredi 15  au vendredi 17 avril, un groupe de 27 élèves de 2de GT2 et GT3 est parti en Pologne pour la Marche des Vivants, accompagné de Gabriel Benoilid, Karen Bloch et Éva Riveline, ainsi que de monsieur Caro, parent d’élève, Jacques Zucker, président des amis de l’ORT, et Véronique Leblanc, journaliste. Le groupe faisait partie d’une délégation alsacienne composée d’hommes et de femmes politiques mulhousiens, de dirigeants communautaires, de représentants de cinq religions, d’élèves d’établissements de la région et d’un groupe du Souvenir Français.

À l’arrivée à Cracovie, notre groupe a rejoint un groupe du lycée Ort-Lyon et notre guide israélienne, Rita Silber. Rita nous a emmenés découvrir le vieux quartier juif de Cracovie, Kazimierz, où les Juifs ont vécu pendant plusieurs siècles, jusqu’à l’invasion nazie. Nous avons pu saisir la vitalité et la diversité de la communauté juive d’avant-guerre (environ 60000 personnes) à travers ses synagogues de toutes tendances, ses maisons, ses rues aux noms de personnages bibliques, ses tombes des grands maîtres de la tradition, ses légendes pleines de sagesse… Rita nous a raconté l’histoire de sa famille maternelle en nous emmenant devant la maison de son grand-père. En suivant le cheminement de cette famille, semblable à celui de milliers d’autres Juifs, nous sommes allés voir l’emplacement du ghetto, dans lequel ils ont été enfermés à partir de 1941. Il n’en reste rien, qu’une place avec des sculptures représentant des chaises vides. Après le ghetto, nous sommes passés devant l’emplacement du sinistre camp de Plaszow, et sommes descendus voir la façade de l’usine d’Oscar Schindler, Juste parmi les Nations, qui a permis à près d’un millier de Juifs de travailler dans des conditions plus humaines et d’échapper à la déportation.

De retour à Kazimierz, après le diner, nous avons retrouvé toute la délégation française pour une célébration de Yom Hashoah (jour commémorant la Shoah en Israël), dans la synagogue de la Kupa. Discours, chants, poèmes ont marqué cette cérémonie à laquelle certains des élèves de l’ORT ont prêté leur concours.

Le lendemain matin, jeudi 16 avril, nous sommes partis pour Auschwitz. La matinée a été consacrée à la visite du camp d’Auschwitz I, et de ses baraquements transformés en musée. Rita et une guide polonaise nous donnaient des explications, mais les tas de cheveux, de lunettes, de valises, de chaussures, de prothèses…parlent d’eux-mêmes. Malgré la foule des milliers de visiteurs, qui n’étaient pas toujours très disciplinés, le poids de l’histoire était très palpable. Certains élèves, choqués, se taisaient, d’autres pleuraient, d’autres écrivaient, tous étaient graves.

Puis est venu le moment de la marche. C’est d’Auschwitz I, ancienne caserne militaire, que toutes les délégations de la Marche des Vivants sortent pour se rendre  à pieds à Auschwitz II-Birkenau. L’appellation « Marche des Vivants » répond aux « marches de la mort », ces évacuations forcées des déportés en hiver 44-45, à l’approche des armées alliées. Mais c’est aussi le trajet que faisaient tous les déportés jusqu’en 1944, puisque les trains les amenaient à Auschwitz I et qu’ils devaient marcher à pied jusqu’à Birkenau, pour y être sélectionnés, soit pour le travail, soit pour les chambres à gaz. À partir de 1944, afin de rendre l’extermination plus efficace et plus rapide, la voie de chemin de fer a été prolongée jusqu’à l’intérieur du camp de Birkenau. Les délégations marchent avec des drapeaux de tous les pays, ainsi que des drapeaux israéliens. La marche de notre groupe s’est faite à un rythme soutenu, derrière Jacques Zucker, très ému d’emprunter le chemin que son propre papa avait parcouru lorsqu’il a été déporté.

L’arrivée à Birkenau a constitué un choc pour tout le monde. Nous avons fait une première halte à l’extérieur du camp, le long de la voie ferrée, où nous avons déposé de petites planches de bois sur lesquelles ceux qui le souhaitaient avaient inscrit des noms de déportés ou des messages qui leur tenaient à cœur. Puis nous sommes entrés dans le camp dont l’immensité frappe. La cérémonie officielle a lieu au fond, près des crématoires en ruines. Discours, chants, prières, allumage de six torches en mémoire des six millions de Juifs assassinés. Après la cérémonie, nous avons encore parcouru quelques allées du camp, puis nous sommes rentrés à Cracovie.

C’était un voyage très chargé en émotions, au cours duquel nous sommes passés du souvenir de la vie juive heureuse et paisible à Cracovie à l’horreur la plus absolue. Les histoires racontées par Rita étaient toujours très émouvantes, parfois très dures à entendre.

Les élèves de l’ORT-Strasbourg ont été particulièrement dignes et respectueux des lieux, de l’Histoire et de la mémoire qu’ils ont explorés. C’est une grande fierté pour les enseignants que de voir des élèves si impliqués et si réceptifs. Bravo à eux ! Il reste à présent à mettre en forme le journal de bord qu’ils ont tenu avec Mme Riveline, à y joindre leurs poèmes, leurs dessins, les réflexions qui leur sont venues plus tard, afin que ce voyage garde son objectif et son sens premiers : que chaque personne qui a marché d’Auschwitz à Birkenau pour vivre et non pour mourir, sente à quel point l’humanité est fragile, et qu’il faut, pour la maintenir, de très hautes exigences morales, vis-à-vis de soi-même comme vis-à-vis d’autrui.

Cliquez ici pour consulter les photos de l’évènement sur le site internet de l’ORT Strasbourg…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s