Dental ORT, une opération unique et innovante pour les apprentis prothésistes de L’ORT Daniel Mayer de Montreuil

Du 05 au 23 janvier 2015 eu lieu la première opération du projet DENTAL ORT.

L’idée de départ de ce projet est due à l’incroyable énergie d’une enseignante hors norme, Sabrina Bensadoun, en charge du domaine « connaissance du milieu professionnel » pour l’ensemble de la section prothèse dentaire et particulièrement pour la classe de BTS prothésiste dentaires de l’école associative de l’ORT Daniel Mayer de Montreuil.

Profitant des impératifs du programme d’Eco/gestion elle eu l’idée de faire créer par les jeunes apprentis une véritable entité juridique au statut associatif : DENTAL ORT

Le nom, le domaine ainsi que toutes les démarches administratives, ou de communication interne lié à ce projet fut réalisé par les élèves de BTS.

Une fois la structure juridique déposée, est arrivée l’envie de ne pas en rester la.

Cette idée trouva écho auprès du réfèrent prothèse dentaire, Juncker Sacha qui proposa d’utiliser cette nouvelle association filiale de l’ORT France: Dental ORT comme vecteur de formation pour nos jeunes prothésistes.

L’idée germa alors de ‘tutoriser’ nos propres élèves de terminale initiales durant leur dernière période de stage afin de proposer une opération caritative de trois semaines dans notre laboratoire auprès de vrais praticiens.

En effet les classes en formation initiale, c’est à dire étudiants uniquement en milieu scolaire et non en alternance, sont soumis à plusieurs périodes de formation en milieu professionnel durant leurs trois ans de formation (PFMP).

Malheureusement trop peu de laboratoires jouent le jeu de la pédagogie avec les stagiaires durant ces PFMP et ne trouvent que difficilement quelle place leur donner, trop d’élèves se retrouvent essentiellement à observer ou au mieux à réaliser quelques menus travaux loin du niveau attendu au bac.

Le projet DENTAL ORT à donc pour ambition de fournir du travail réellement en relation avec les attentes du diplôme sous l’encadrement a la fois des professeurs, mais aussi de professionnels et des dentistes eux même et ainsi d’optimiser cette période de formation en entreprise .

Nous avons donc proposé au centre associatif médicaux/social de l‘OSE du 12ème arrondissement de Paris d’être partenaire de notre projet.

Le choix c’est imposé très rapidement car ce centre assure déjà la prévention de santé bucco-dentaire dans notre école, et travaille en étroite collaboration avec le laboratoire Bruno Breton, dont le patron est l’un des intervenants régulier des laboratoires de l’ORT.

Ce projet bien trop rare en France, offre à nos élèves l’occasion de créer un lien concret entre l’enseignement scolaire et la pratique en laboratoire ainsi que l’opportunité d’être réellement impliqués dans la réalisation des prothèses, du processus de soins jusqu’a la pause finale des DMSM ( dispositifs médicaux sur mesure).

Quoi de plus pédagogique pour donner et du sens créer du lien à nos deux professions tellement complémentaires ?

L’opération est entièrement supervisée par l’équipe enseignante composée de Juncker Sacha, Jimmy Darmon et Johanna Belhassen épaulée pour l’occasion d’une équipe de professionnels bénévoles soucieux d’être impliqués dans la formation des jeunes prothésistes dentaires de demain.

Ces professionnels nous ont tous gratifiés de 1 jour de leur temps chaque semaine pendant le projet : Bruno Breton qui assure également la garantie des travaux après l’opération, Stéphane Levrey, Véronique Gentilhomme, Thierry Supplie, Rodolphe Sperenza, Sabine Haziza, Jean-Pierre Sulovsky , deux anciens élèves Jonathan TAIEB et Adriel Ellouck ainsi que les deux C.E.T académiques (conseillés à l’éducation technique) messieurs Alain Lecardonnel et Alain Darchet

Finalement, ce ne sont pas les élèves qui sont allés en stage, mais les maitres de stage qui sont venus à eux !

De nombreux partenaires commerciaux se sont également manifestés pour nous aider

La société Vita a mis à notre disposition un coffret de céramique VMK master pour toute la durée de l’opération afin que nous puissions bénéficier de l’ensemble des teintes et des masses céramique disponibles.

Le distributeur Henry Schein à notre disposition un assortiment de plaquette de dents.

La société GACD a prêté et formé les praticiens de l’OSE à l’utilisation d’un scanner intra-buccale de prise d’empreinte, et a mis à notre disposition une machine outil nous permettant de réaliser par usinage des restaurations EMAX Ceramo-ceramique entièrement biocompatibles issue des dernières technique de CAO /FAO à partir des fichiers produits

Ivoclar a fournit les blocs usinables de céramique EMAX (dysilicate de lithium) ainsi que les maquillant et accessoires nécessaires à l’élaboration de ces restaurations

QUEL BILAN ?

Nous avons pu observer des éléments très positifs dans ce projet.

Certains élèves ont réellement compris l’objectif et le sens de ce projet et ont mis cette expérience réellement à profit en s’impliquant réellement et sans compter les heures, profitant avantageusement de ce « bonus » de temps passées au laboratoire pour approfondir leur connaissances.

D’autres n’ont malheureusement pas vraiment joué le jeu en restant très « scolaire » dans leur approche : obligation de rappel à l’ordre et à la nécessitée de travailler pour l’examen, retards réguliers, perte de temps dans des divertissements divers. Si nous devions reconduire l’opération, une sélection des élèves les plus motivés sera faite en amont

Les évènements tragiques de ce début janvier ont également eu pour conséquences le confinement dans l’espace du lycée sans possibilité pour les élèves de se rendre aux différents rendez vous patients au centre OSE. Néanmoins quelques élèves particulièrement volontaires n’ont pas hésités à passer de longues heures au fauteuil jusqu’a parfois tard le soir afin d’assister à des soins dentaires ou des prises d’empreintes traditionnelles ou numériques ce qui fut réellement formateur pour eux.

Le lien entre nos stagiaires et les praticiens à du être réduit aux seuls rendez vous fixés en dehors des horaires scolaires, et beaucoup de nos élèves n’ont malheureusement pas pu assistés aux poses des prothèses réalisées.

L’intervention des prothésistes professionnels fut l’un des points forts du déroulement des journées. Pour les élèves, qui ont eu la chance de multiplier les contacts avec le monde professionnel, et découvrir plusieurs façons de travailler, différentes spécialités du métier, ainsi que pour les pro, qui, complètement disponibles ont pu apprécier leur rôle de tuteurs en étant particulièrement disponibles pour les stagiaires .

Ils ont également pris conscience de la grande difficulté du référentiel de compétences de ce diplôme bien diffèrent de l’ancien CAP.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s