Inauguration du site Mémorial du Camp des Milles

10/09/12

Une brique de plus ajoutée à l’édifice de l’horreur.

Même en zone libre, les fonctionnaires zélés de Vichy réussirent à déporter, via Drancy ou Riversaltes, 2000 Juifs, hommes, femmes et enfants. Au début du mois de juillet 1942, Laval propose même d’inclure les enfants âgés de moins de 16 ans dans les déportations.

Et c’est précisément en zone libre, dans cette campagne Aixoise, si belle et si paisible, que s’est joué également l’horreur et l’absolu intolérable.

Le camp des Milles, ancienne briqueterie d’où vont partir, après les rafles, l’internement, les privations, le froid, la faim, la peur, 2000 adultes juifs et 96 enfants juifs pour Auschwitz via Drancy.

Très peu en reviendront.

Le camp des Milles entre Aix-en-Provence et Marseille a été enfin inauguré officiellement le 10 septembre 2012, après des années de travail et de volonté pour dire que ce site mémorial constituait aussi la marque infamante de cette époque où la France avait perdu ses repères.

Jean Marc Ayrault, Premier Ministre de la République, présent ce jour là, a dit « plus jamais çà » certes important mais « le pourquoi et le comment » plus jamais çà doit l’être davantage.

Le camp des Milles, suivant la volonté d’Alain Chouraqui, responsable de la réhabilitation du site, après 20 ans de combat, veut faire de ce lieu celui de toutes les réflexions devenant ainsi à la fois un lieu de mémoire, d’éducation citoyenne et de culture.

Cette culture qui hantait tant les Nazis, cette culture qu’ils voulaient nuisible, ils n’ont pu ni l’étouffer ni la juguler.

Le camp des Milles témoigne de la résistance par la pensée, simplement de cette dimension humaine insaisissable et pérenne. Poètes, peintres, dessinateurs, musiciens, sculpteurs, écrivains, journalistes, hommes politiques, architectes et prix Nobel de chimie (Cortisone) ont laisses leurs empreintes sur les parois des murs du CAMP, témoins de leurs passages.

Ils nous disent simplement que l’homme peut demeurer debout dans toute son humanité, dans des situations d’inhumanité

La reconnaissance de ce mémorial s’est faite en présence des représentants de l’Etat des corps

Constitués, des hauts représentants des différents cultes et d’une foule anonyme de gens, brises par la SHOAH pour certains, mais pour tous conscients que là , ici ,à AIX ,s’est produit ce « hoquet » de notre civilisation ,une leçon à apprendre et à tirer pour les générations futures.

Un hommage a été rendu ,à juste titre aux justes des Nations, pour nous rappeler comment des hommes « ordinaires »sont devenus non pas extraordinaires mais des hommes tout simplement, par leur courage, sauvant ainsi au péril de leurs vies ,non seulement des juifs mais aussi la dignité humaine et l’honneur de leur compatriotes.

11 justes au camp des MILLES.

HANNAH ARENDT nous rappelle aussi que bourreaux et signataires de décrets infamants étaient également hélas des gens « ordinaires » :c’est l’angoissante révélation de ce siècle, celle qui doit désormais réveiller toutes les consciences et celles de nos générations futures.

Marcel Benkimoun

« la première chose est de ne pas désespérer…

Il est vain de s’inquiéter pour l’esprit, il suffit de travailler pour lui…

Qu’on n’oublie pas en tout cas la force de caractère…c’est elle qui, dans l’hiver du monde préparera son fruit »

Albert Camus, l’été

Quatre élèves de terminales ES ont assisté à la cérémonie ; Jacques Aboutboul, Jeremy Drai, Chemouel Amoyal, Ruben Sabbah, accompagnés par Marcel Benkimoun

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s