Compte rendu du premier Défi-Ciné en action de réseau à l’ORT en 2011-2012

Après de multiples contacts tout au long de l’année entre les différents centres ORT de France et après notre réunion des documentalistes à Villiers-le-Bel de janvier 2011, Catherine Guillaume (documentaliste de Villiers) et moi-même avons conduit cette action de réseau : un concours sur le film La Vague de Dennis Gansel.

Chaque centre a proposé 10 questions sur la trame narrative du film que les élèves de classes de seconde, et une de première, ont vu, soit au cinéma, soit en DVD. Nous avons avec Catherine choisi dix questions qui devaient faire l’objet du concours final. Chaque élève dans chaque établissement a participé avec beaucoup d’intérêt. Le thème du film : la montée du totalitarisme n’y est pas étranger. Le film a été jugé unanimement très intéressant.

De multiples interrogations sur la dictature ont surgi spontanément dans toutes les classes. Le film a été plébiscité par nombre de critiques mondiaux qui ont vanté ses sollicitations à l’analyse des totalitarismes sous toutes leurs formes. Nos élèves ne s’y sont pas trompés : de nombreuses questions ont été élaborées par eux sur le contexte, la naissance, et la montée de tout fascisme.

Il est frappant qu’un tel film ait fixé de façon très dynamique et, on peut le soupçonner, durable dans les esprits, le caractère spécifique des rouages pas toujours clairs de l’autocratie. Les cours passés et à venir d’Histoire, d’éducation civique, ou la conscience de citoyen se trouvent fortement étayés chez tous les participants par la méthode heuristique à laquelle invite ce film. –De l’avis de la plupart des pédagogues, c’est une méthode reine, qui doit être privilégiée aussi souvent que possible en éducation.

Ce film a même impacté en l’éclairant plus richement la Marche des Vivants à laquelle les établissements ORT de Marseille et Lyon ont participé avec cette même classe ; le voyage à Drancy en troisième l’an dernier à l’ORT Villiers ; l’ORT Strasbourg a choisi de mener ce projet en cours de mercatique en soutenant la comparaison entre le propos du film et les stratégies d’influence et de leadership dans le commerce ; la grande exposition sur Janusz Korczak qui est restée deux mois à l’ORT Toulouse, a fait faire de nombreux liens avec le film de Gansel. Toutes les classes ont pu établir des passerelles de réflexion fructueuses avec l’actualité mondiale. Preuves, si elles sont nécessaires, de l’importance d’avoir vu et travaillé sur un tel film. Même les candidats qui ne sont pas arrivés en tête du classement ont déclaré avoir eu un bénéfice très appréciable dans cette activité. Elle les a enthousiasmés.

Le caractère compétitif entre les différents centres de France du réseau ORT a, de plus, motivé très ardemment les élèves. Ils étaient impatients de connaître les résultats des autres lycées ORT. Le résultat n’étant pas le seul important, beaucoup ont demandé si leurs homologues ont été performants dans leur réponse à telle ou telle question : c’est le fond du thème abordé qui a surtout compté pour eux.

Cette action de réseau est une réussite à pérenniser ; les échanges multiples et la meilleure connaissance qu’elle a permis entre les documentalistes de chaque centre est une des retombées innovantes de notre réseau.

Tous nos compliments aux élèves de l’ORT Marseille pour ce beau résultat ! Ainsi qu’à tous les participants qui n’ont pas démérité quel que soit leur classement !

Malgré les difficultés inhérentes à la mise en place d’un tel projet, ce Défi-Ciné aura été l’occasion de créer des liens porteurs d’avenir entre les différents centres. Il aura pour tous les centres permis d’illustrer de façon efficiente les volets Mémoire et Citoyenneté de chaque Projet d’Etablissement.

Le classement s’établit ainsi :

1er Marseille – 2e Villiers-le-Bel – 3e Strasbourg – 4e Toulouse

Le CDI de l’ORT Montreuil n’a pas souhaité participer à ce défi-ciné ; celui de l’ORT Lyon, bien qu’ayant mené l’action jusqu’au défi final, en lien avec la participation à la marche des vivants, a dû interrompre juste avant l’évaluation du concours, la personne référente étant tombée malade.

Les centres de Marseille et Lyon ont réalisé ce défi avec des classes de 2de GT, Strasbourg avec une classe de 1ère STG, Villiers, une classe de seconde, Toulouse, une classe de 2de Bac Pro Commerce. Comme on a pu le voir, la transversalité a été un des objectifs bien partagé.

Les lauréats sont récompensés par un premier prix culturel.

Patrick ELKOUBBI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s