Grande exposition sur Janusz Korczak dans les couloirs du Lycée et du CDI

JANUSZ KORCZAK, ce grand nom de l’humanisme, héroïque, fut médecin avant d’être pédagogue de renom.
Pour l’année 2012, année internationale KORCZAK, nous avons voulu accueillir à l’ORT Colomiers cette vaste exposition (de 39 panneaux) très documentée sur ce grand homme qui a été à l’origine de l’évolution dans le monde des connaissances se rapportant à l’enfant. Le caractère universel de ses recherches, sur les rapports entre les adultes et les enfants, le respect primordial qu’il a enseigné et prôné, sont une référence pour les éducateurs, les enseignants, les formateurs et les parents du XXIe siècle.
Il est notamment à l’origine de la prise de conscience des problèmes de maltraitance et de violence institutionnelle et de l’élaboration des droits de l’enfant.
Réaction d’un parent d’élève, venu à la journée Portes Ouvertes, devant l’exposition qui le captivait : « J’ignorais l’existence d’un tel Homme ! Il paraît merveilleux ! ».
En 2001, 191 pays, soit tous les pays du monde sauf deux (les Etats-Unis et la Somalie) ont finalement, après de longues années de tractations et discussions, ratifié la Convention des Droits de l’Enfant. Cette Convention, texte majeur des activités de l’ONU et de l’UNICEF, fut fortement et fort intelligemment inspiré des travaux de KORCZAK.
Sa vie exemplaire s’achève en 1942 au camp de Tréblinka où il est entré dans la chambre à gaz avec 192 de « ses » orphelins ; il a refusé de les abandonner en connaissance du sort fatal qui les attendait. Sa notoriété lui a pourtant fourni maintes occasions de s’enfuir. Il les a toujours refusées, se battant continûment pour protéger les enfants. Il disait : « Une mère abandonne-t-elle ses enfants ? Comment pourrais-je en abandonner deux cents ! ».
Ce même jour, l’armée nazie déporta du ghetto de Varsovie 4000 autres enfants Juifs des orphelinats et leurs aides.
Ses écrits et sa foi en l’homme demeurent jusqu’à nous vivaces. Nos élèves (pendant deux mois) et leurs parents (lors des Journées Portes Ouvertes) ont pu voir cette exposition qui nous a été louée par l’Association Française Janusz Korczak (AFJK).
Certains n’ont pas manqué d’y voir un lien, empreint de profondeur et de gravité, avec les lâches assassinats de Toulouse.

Patrick ELKOUBBI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s