Yom Azikaron (journée du souvenir) au Lycée Ozar Hatorah de Toulouse

C’est avec beaucoup d’émotion, qu’une délégation d’élèves de l’ORT, quelques collègues enseignants, M. Bendavid et moi-même avons franchi l’entrée du Lycée Ozar Hatorah pour la cérémonie de Yom Azikaron 2012. Nous avions tous à l’esprit ce drame innommable du lundi 19 mars 2012. C’est avec un certain réconfort qu’on a pu assister, dans la cour de récréation, aux retrouvailles des élèves des trois écoles juives de Toulouse : le Gan Rachi, Ozar Hatorah et l’ORT.

La Cérémonie, qui se déroula dans le restaurant scolaire de l’école, était empreinte d’une grande sobriété et d’une certaine gravité. De nombreuses interventions de personnalités communautaires se succédèrent. Chaque mot était habilement pesé par chacun des orateurs car devant eux, l’auditoire était essentiellement constitué d’enfants… Oui des enfants, dont la plupart avaient été témoins de cette abomination qui s’était abattue sur eux lors de cet attentat antisémite …

Les drapeaux français et israéliens se mirent en berne lorsque toute l’assemblée dût respecter une minute de silence. C’est à ce moment, que j’ai ressenti combien nous étions tous soudés dans la douleur, la peine et le recueillement. Nos pensées, nos soupirs et nos larmes embrumèrent nos regards. Nous avions tous à l’esprit : «qu’en France, comme en Israël, des adultes et des enfants ont été tués pour l’unique raison qu’ils étaient juifs ».

Les organisateurs avaient fait venir d’Israël deux chanteurs pour donner à cette cérémonie le message de soutien et de courage de tout un peuple à cette communauté meurtrie pour longtemps. Comme tous les juifs de France, nous avons été impressionnés par le comportement des familles touchées dans leur chair et qui ont toujours apporté une réponse de paix et de prière face à cette barbarie. Ils n’ont pas fait appel à la vengeance ni à la haine, simplement un rappel à nos valeurs du judaïsme. Mme Monsonégo, l’épouse du directeur d’Ozar Hatorah, pleine de dignité et de pudeur, alluma la flamme du souvenir, portée par le regard des enfants et de toute une communauté.

Dans cette école, cette flamme a été allumée en ce jour de Yom Hazikaron pour honorer la mémoire de toutes celles et ceux qui sont tombés pour que renaisse un Etat juif, que ce soit pour son indépendance et lors de toutes les guerres que ce soit dans le cadre du service militaire ou lors de missions secrètes à l’étranger. Cette flamme a été aussi allumée pour honorer tous ces hommes, femmes, vieillards et enfants fauchés par un terrorisme dont l’idéologie de mort n’a d’égale que la soif de vivre de l’Etat d’Israël. Les enfants du Gan et ceux d’Ozar étaient pensifs et certainement un peu « ailleurs ». Pourtant, ils s’étaient fait un devoir d’être présents, certains avec leurs parents ce 25 avril 2012.

Depuis plusieurs semaines, notre communauté a reçu des témoignages de solidarité des Toulousains, de la France entière et même du monde entier. Néanmoins, nous aurons toujours au plus profond de nous-mêmes que le mobile de cette tuerie a été uniquement motivé par une haine implacable des Juifs, mais aussi de tout ce qui fait la beauté de nos sociétés démocratiques : la liberté, la tolérance, la fraternité.

Je terminerai ces quelques lignes par une des nombreuses déclarations faites par Arié Bensemhoun, Président de la communauté de Toulouse, durant cette semaine dramatique : « On nous a enlevé cette insouciance qui fait le plaisir de la vie, qui fait qu’on peut envoyer un enfant à l’école sans penser qu’un terroriste va lui loger une balle dans la tête. Nous avons, dans le passé, connu cette atroce peur et nous pensions qu’elle ne reviendrait jamais. Et maintenant cela a recommencé. Il n’en demeure pas moins que notre volonté de vivre notre judaïsme, en France et partout dans le monde ne sera jamais ébranlée par personne ».

Merci aux organisateurs de cette cérémonie, merci au courage des enfants du Gan Rachi et d’Ozar Hatorah. Qu’ils reçoivent eux et leurs familles, de la part de toute la communauté éducative de l’ORT Toulouse, le témoignage de toute notre affection.

Cliquez pour voir la vidéo sur le site d’ORT Toulouse

Drory Lévy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s