Exposition Maïmonide Judaicité

SORTIE COLLEGE CLASSE DE 4ème – CENTRE FLEG

Moïse Ben MAÏMOUN, appelé par son acrostiche RAMBAM
1135 à Cordoue – 1204 Fostat
(Enterré à Tibériade)

L’itinéraire éloquent d’un des plus illustres penseurs du Judaïsme ; un itinéraire dans le temps et dans l’espace de la pensée pure.

De sa fuite de l’Espagne des Almohades pour la Provence d’abord et pour Fès ensuite ; de Fès à St Jean d’Acre pour échapper aux persécutions ; aucun répit pour les juifs de cette époque car les massacres des croisades l’obligent à aller vivre en Égypte, à Fostat précisément.

Sa vie ne fut que réflexions talmudiques, théologiques, philosophiques et recommandations médicales et thérapeutiques, sur les règles d’hygiène et de santé.
Avec la raison pour guide pour ne pas s’égarer, il considérera la pensée comme universelle, essayant avec beaucoup de conviction et d’intelligence de conjuguer foi au judaïsme et rationalité.
Toléré puis chassé, expulsé bien que reconnu, sa pensée dépassera l’histoire de son époque.
Jamais le RAMBAM ne conservera de ressentiment particulier envers l’Islam ou la Chrétienté et son admiration et son respect resteront indemnes.
Longtemps banni peut-être parce que « mal compris », il n’en fut pas moins médecin de Saladin en lieu et place d’Avicenne. Il est convoité pour sa science médicale et ses approches intelligentes, par Richard Cœur de Lion.
Sa renommée et sa réputation le précédaient mais, comme toujours, hélas, jamais assez reconnues par les siens, au point de brûler son Mishné Thora à Montpellier et d’être frappé de « hérem » (d’interdit) à Marseille.
Toujours en danger en Palestine (massacres de 90% des juifs de Jérusalem par les croisés), il finit sa vie en Égypte, à Fostat précisément, une parenthèse sereine et rassurante dans son existence.

La légende nous dit que la reconnaissance qui lui était vouée était tellement grande et noble, même et surtout parmi les arabes, que l’on s’arrachât sa sépulture.
Un conseil trancha : le corps serait transporté à dos d’homme derrière les pas d’un chameau. Et c’est ainsi que le chameau partit de Fostat pour s’arrêter à Tibériade… C’est là qu’il est enterré.

C’est une légende certes, mais pour entrer dans la légende il faut être sacrément… grand.

Merci au centre Fleg pour cette belle initiative, toujours pour l’enrichissement de nos élèves.

Marcel BENKIMOUN

[pending status]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s