Sortie au tribunal lors d’un procs d’assises

La classe de 1e Bac Pro ELEEC en parle encore. Le prévenu avait leur âge. Un jeune et apparemment doux garçon. 23 vols à main armée de petits commerçants à son actif ! en moins de cinq mois. « Monsieur l’avocat général a évoqué Mesrine. Le seul rapport entre les deux, c’est le casino. Un vrai pour Mesrine, des épiceries pour lui. C’est un minable. Son TOC à lui, ce sont les Casino du centre ville de Toulouse ! » : l’avocat de la défense plaide avec maîtrise, il demande la clémence pour son client.
« Quand il braquait, il allait au travail. C’est son entreprise à lui de dépouiller les gens » :
l’avocat général a requis 10 à 12 années de réclusion pour le braqueur.
Le butin s’est élevé à 7200 €, jusqu’au jour où un commerçant, excédé de s’être fait braquer pour la troisième fois par le même individu, qui avait pris ses habitudes, lui saute dessus, au péril de sa vie, le désarme, et le livre à la police après une immobilisation au sol de près de 30 minutes. Nos élèves étaient suspendus au verdict qui s’est fait attendre après délibération : 10 ans de prison, plus, évidemment, les dédommagements des victimes.
Le travail demandé à la classe n’est pas de se former à l’avocature, mais de fonder un argumentaire. Quel meilleur outil qu’un réquisitoire ou une plaidoirie pour peaufiner l’étude de l’argumentatif ? Chaque année, les élèves qui ont la chance d’assister à un procès d’assises, sont enthousiastes face à cette activité citoyenne, aux retombées pédagogiques multiples.

Patrick ELKOUBBI enseignant de Lettres Histoire, documentaliste et chargé de projets pédagogiques.

Laisser un commentaire